DOORS OF EUROPE

À LA RENCONTRE DE NOS VOISINS, UN PARCOURS DANS LA VILLE À TRAVERS LE CONTINENT

LA GENESE DU PROJET

« La liberté c’est de pouvoir ouvrir les portes quand on veut. »
C’est à partir de cette phrase écrite par une personne incarcérée que les premières portes imaginaires sont nées. Sur les murs du quartier, des portes dessinées à la craie apparaissent ici et là. De ces ouvertures poétiques naît un dispositif participatif.

INVESTIR LE TERRITOIRE EUROPEEN

Jonas prend la route à l’été 2013. Rue après rue, il dessine ces portes et convie les passants (et les villes) à se faire tirer le portrait


En 15 mois de voyages les portes investissent les métropoles européennes et proposent une vision photographique à la frontière d’un travail conceptuel et d’une approche documentaire.

europe_map

planche_jp_bucu

CHAMP

Devant chaque porte, un inconnu qui passait par là est invité à se faire photographier.

+ CONTRE CHAMP

À cette première image du passant s’ajoute une deuxième vue : le contre champ. Elle représente ce que l’on pourrait découvrir si on sortait de la porte.

from_bucu_to_Lormont

CONNECTER LES LIEUX ET LES GENS

Le projet se concrétise par des installations visuelles in situ : les villes sont mélangées les unes aux autres. Chaque diptyque est imprimé en noir et blanc à l’échelle 1/1. Collés dans la rue et mis en couleur à l’aquarelle, le champ et le contrechamp se font face et recréent ainsi l’espace originel mais dans un autre lieu.

HACKER LA RÉALITÉ

En nous projetant dans la rencontre entre le lieu, la porte et le passant, ces trompes-l’oeil interrogent notre relation au territoire et à ceux qui l’habitent. Cette distorsion de la réalité questionne les rapports entre notre univers intérieur et l’espace extérieur dans lequel on évolue.

réactions

« Pourquoi tu dessines une porte, fais un cœur plutôt ! »
une petite fille
MARSEILLE
« Ah bah voilà, enfin quelqu’un qui s’occupe de cet endroit »
une mamie contente
BUCAREST
« Ton steet art tu peux te le foutre dans le cul. »
un passant faché
BORDEAUX
« Aaah, ok, c’est comme à New York ce que vous faites »
un passant curieux
LONDON
« Regarde maman, c’est comme une petite ville » • « mais non, c’est des autocollant » • « Ben oui, mais ça fait quand même une ville »
une petite fille et sa mère
BUCAREST
« C’est sympa … mais vous êtes venu de France pour faire ça ?? »
une polière étonnée
BERLIN

auteur

L‘AUTEUR

Né en 1982 prés d’Orléans, Jonas Laclasse vit à Bordeaux depuis une dixaine d’années.

Photographe, graphiste, acteur associatif ou enseignant, depuis sa formation aux Beaux-Arts, Jonas est un touche-à-tout de l’image.

Ses travaux personnels prennent comme théâtre l’espace public. Son approche se base sur un esprit ludique, dans sa mise oeuvre comme dans sa finalité. Par l’imaginaire en action, il questionne la notion de frontière, cherchant par la distorsion à mieux appréhender le réel.

Il alterne les interventions sauvages et les travaux commissionnés auprés de structures institutionnelles, privées ou associatives.

Error: Please check your entries!